Quelle est la différence entre une mutuelle et une complémentaire santé ?

Une mutuelle internationale ? Il n’existe pas ! Chez Expat Assurance, beaucoup d’entre vous nous contactent, à la recherche d’un « expatrié mutuel », d’une « mutuelle internationale » ou d’une autre variante autour du mot « mutuel ». Ce terme est largement accepté dans la langue française commune pour désigner l’assurance maladie. Cependant, parler de « mutuel » quand il s’agit d’assurance privée internationale est incorrecte. L’utilisation abusive du mot « mutuel » dissimule en fait une certaine confusion quant à ce qu’est réellement l’assurance maladie internationale. Cet article clarifie les différences fondamentales entre les fonds communs de placement et l’assurance maladie internationale. Il est en effet très important de connaître ces nuances afin de choisir correctement votre couverture médicale expatriée.

A lire également : Comment bien veillir ?

.

A découvrir également : Comment savoir si on a un cœur en bonne santé ?

Mutuelle en France

Pour comprendre pourquoi l’assurance médicale internationale ne couvre pas de la même manière que les fonds communs de placement en France, c’est tout d’abord important de rappeler l’origine et la définition du mot « mutuel ».

A l’origine, « mutuel » est un raccourci pour le terme « société mutuelle ». Réglées par le Code de mutualité, les mutuelles sont l’un des trois assureurs autorisés à offrir des services complémentaires de santé en France. (Les deux autres sont des compagnies d’assurance et des institutions de retraite.)

Un supplément de santé est un contrat d’assurance maladie qui est souscrit pour compléter le remboursement de l’assurance maladie. Il existe deux types de santé complémentaire :

Il existe deux types de santé complémentaire :

  • Solidarité sanitaire complémentaire et chefs
  • Santé non solidaire et non responsable

Comprendre la différence entre ces deux types de soins de santé complémentaires est la première étape pour mieux comprendre comment l’assurance internationale diffère des fonds communs de placement français.

Qu’est-ce que la santé solidaire et responsable est complémentaire ?

Les suppléments loués et responsables sont les contrats d’assurance maladie les plus courants en France et sont généralement ceux auxquels la majorité des gens se réfèrent lorsqu’ils utilisent le mot « mutuel ».

Ces contrats exigent une certaine responsabilité de l’assuré envers la sécurité sociale (d’où leur nom) : ils ne sont valables que dans le cadre du parcours de la sécurité sociale, ils ne remboursent les frais de santé qu’au-delà de la prise en charge de l’assurance maladie et ne couvrent pas la cotisation forfaitaire de la personne assurée ou les dépassements de frais.

Les contrats conjoints et multiples et responsables ont des conditions largement favorables aux assurés : ces assurances ne comprennent pas de questionnaire médical lors de la souscription, c’est-à-dire qu’ils couvrent l’ensemble des antécédents médicaux de leurs assurés et ne refusent pas d’assurer certaines personnes en fonction de leurs antécédents médicaux. Leurs taux ne changent pas en fonction de la santé ou de l’âge de l’assuré. En outre, les contrats sont à vie, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de limite de durée ou d’âge.

Qu’est-ce que la santé non conciliante et non responsable est complémentaire ?

À l’inverse, les suppléments de santé non solidaires et non responsables couvrent tous les coûts liés aux soins, consultations ou médicaments (frais d’utilisation, franchises, dépassements, etc.), mais il existe des restrictions sur l’adhésion et les tarifs peuvent augmenter en fonction de l’âge et du profil médical de l’assuré. Comme nous l’avons vu plus loin dans cet article, le fonctionnement de l’assurance maladie internationale est plus proche des assurances complémentaires qui ne sont pas solidaires et non responsables que d’une assurance maladie complémentaire de soutien et de responsabilité.

Les mutuelles n’émettent que des sociétés conjointes et responsables les contrats de santé, tandis que les compagnies d’assurance et les institutions de retraite peuvent émettre les deux types de soins de santé complémentaires. Par extension, le mot « mutuel » est devenu le mot le plus couramment utilisé pour décrire toute assurance maladie complémentaire à la sécurité sociale.

Le mot « mutuel » est donc peu surexploité, mais en France, ce n’est pas vraiment un problème parce que la grande majorité des services d’assurance maladie fonctionnent selon le principe de soins de santé complémentaires et responsables.

D’autre part, le terme « mutuel » est source de confusion lorsqu’il est utilisé pour désigner l’assurance maladie à l’étranger.

Au moment de souscrire leur assurance maladie internationale, de nombreux expatriés sont surpris, voire déçus, de découvrir que les conditions générales de leur assurance sont très différentes de celles de leur assurance mutuelle.

Comment fonctionne l’assurance maladie internationale ?

Il est important pour un expatrié ou un futur expatrié de comprendre comment fonctionne l’assurance maladie internationale afin de faire le bon choix d’une couverture médicale à l’étranger.

La différence plus visible entre une mutuelle en France et une assurance maladie internationale est le prix.

Pourquoi ?

Alors que les fonds communs de placement ne sont assurés qu’en France, l’assurance maladie internationale est valable dans de nombreux pays. Seulement, à l’étranger, les coûts de santé sont souvent plus élevés qu’en France.

En effet, de nombreux pays ne règlent pas leurs taux de santé comme en France (en France, la majorité des médecins appliquent des tarifs qui suivent le barème de la sécurité sociale. Ces tarifs sont très abordables par rapport aux tarifs gratuits).

En outre, un fonds commun de placement français ne couvre qu’une partie des frais médicaux de l’assuré (30% en moyenne) parce qu’il complète le remboursement des soins d’assurance maladie. Inversement, l’assurance maladie internationale prend en charge l’intégralité des frais médicaux de l’assuré.

Vous devrez donc au moins trois fois votre taux mutuel pour avoir une idée de ce que l’assurance internationale vous coûterait.

L’autre différence notable entre l’assurance maladie internationale et l’assurance mutuelle est les restrictions et exclusions (relatives à l’âge ou aux antécédents médicaux de l’assuré) appliquées par l’assurance maladie internationale.

Ces restrictions et exclusions sont en effet des mécanismes visant à réguler la consommation médicale des assurés sur un marché médical international beaucoup plus cher que le marché médical français :

La majorité de l’assurance maladie internationale ont chacun rempli un questionnaire préalable à l’inscription afin de déterminer leurs antécédents médicaux et les coûts ils peuvent représenter en termes de soins. À la suite de ce questionnaire, l’assurance décide d’exclure ou non certaines maladies ou antécédents médicaux signalés antérieurement présentant un risque élevé d’utilisation des soins. Il peut également refuser de couvrir une personne ayant un dossier médical trop lourd. Selon la même logique, certains contrats cessent d’un certain âge de l’assuré (65 ou 70 ans, âge moyen auquel les frais médicaux augmentent).

L’assurance maladie internationale applique également une période d’attente plus longue ou plus courte avant d’offrir une couverture maternité. Ainsi, si vous décidez de souscrire une assurance maladie pour prendre soin de votre grossesse déjà en cours, il sera probablement exclu.

Il est important de noter que l’assurance complémentaire à la Caisse des Français de l’étranger fonctionne selon le même principe que l’assurance maladie internationale et non comme assurance mutuelle. Dans de nombreux pays (par exemple l’Angleterre), l’assurance maladie locale diffère également des fonds communs de placement français.

D’un point de vue français, l’assurance maladie internationale peut sembler, à première vue, moins intéressante que les fonds communs de placement. Toutefois, ce type de soins médicaux reste souvent la meilleure option pour un expatrié, en particulier s’il déménage dans un pays où le système de santé publique est déficient, dans un pays où la santé coûte cher, ou s’il souhaite pouvoir continuer à être couvert dans son pays d’origine en plus de son pays d’expatriation.

Changer la façon de penser Assurance maladie

En France, nous sommes habitués à ce que les mutuelles prennent soin de tous nos soins de santé, des plus imprévisibles aux plus anodins. Mais contrairement à une mutuelle, l’objectif de l’assurance internationale est plutôt de garantir la protection des risques les plus graves ou des imprévus, face à la prise en charge de plus des soins de santé banaux.

En effet, avec l’assurance internationale, tous les risques considérés comme prévisibles (maternité, dentaire, optique, maladies chroniques, antécédents médicaux…) sont couverts dans des conditions plus strictes ou sont exclus alors qu’une mutuelle ne pratique pas d’exclusions ou de restrictions.

Le soin des lunettes est un bon exemple pour comprendre ces différences. En France, avec une bonne mutuelle, vous pouvez changer de lunettes tous les deux, trois ans à moindre coût. Avec l’assurance internationale, le soutien aux soins optiques est souvent une garantie facultative assez coûteuse et il sera généralement économiquement le plus avantageux pour un assuré de payer ce type de soins de sa poche.

Inversement, une maladie grave ou un accident peut avoir des conséquences plus dramatiques à l’étranger qu’en France. En effet, sans assurance maladie, un expatrié est obligé de se faire soigner uniquement dans le secteur public (choix risqué dans les pays où le système de santé est défaillant) ou à payer les soins de santé à un prix élevé dans le secteur privé (dans de nombreux pays, sans assurance, les soins médicaux dans le secteur privé sont extrêmement coûteux), d’où l’intérêt d’avoir une assurance maladie internationale lorsqu’il expatrie, même s’il ne s’agit que d’une couverture pour soins essentiels.

Puis-je conserver mon fonds commun français lorsque je suis expatrié ?

Si une « mutuelle internationale » n’existe pas, qu’en est-il de la validité d’un fonds commun français classique à l’étranger ?

Tout d’abord, il faut distinguer entre le séjour temporaire à l’étranger (où l’on demeure en France et son affiliation à la Sécurité Sociale) et l’expatriation (où on n’est plus lié au système français de protection sociale) : de nombreuses mutuelles françaises indiquent qu’elles couvrent l’étranger, mais ne concerne que l’Union européenne ou les voyages temporaires. Ce type de mutuel perd sa validité si vous n’êtes plus résident en France parce que vous n’êtes plus affilié à la Sécurité Sociale.

Certaines mutuelles proposent d’adapter leur contrat français à votre nouvelle situation afin que vous puissiez continuer à vous couvrir à l’étranger. Le problème est que le niveau de leurs prestations est généralement établi sur la base des taux de remboursement de la sécurité sociale, ce qui signifie que votre couverture sera insuffisante dans les pays où les frais médicaux sont plus élevés qu’en France. Si vous décidez de maintenir votre mutuelle d’assurance à l’étranger, il est important de vérifier que votre assureur ajuste son niveau de prestations aux taux médicaux appliqués dans votre pays d’expatriation.

D’autres mutuelles françaises proposent des contrats internationaux pour les expatriés, à un coût plus élevé que leurs contrats français. Votre mutuel d’assurance devient techniquement une assurance maladie internationale.

Si ce est le cas avec votre assureur, vous devrez toujours l’avertir de votre changement de situation et de votre volonté de conclure un contrat international parce que ce transfert n’est pas automatique.

Cela dit, dans le contexte d’une expatriation, il sera souvent plus approprié de comparer le marché international de l’assurance maladie, qui offre des solutions de couverture médicale adaptées aux besoins des expatriés, plutôt que d’essayer de conserver ou de modifier sa mutuelle française.

En tant qu’expatrié français, si vous souhaitez une couverture médicale internationale, vous pouvez soit opter pour la Caisse des Français de l’étranger une option complémentaire (c’est l’option internationale la plus proche de l’assurance maladie et mutuelle fonctionnelle) ou une assurance maladie internationale conventionnelle. Chacune de ces deux options présente des avantages et des inconvénients différents en fonction de votre profil, de vos antécédents médicaux, du pays où vous vous établissez, et d’autres paramètres. Retrouvez ici les différences ainsi que les principaux avantages et inconvénients de ces deux types de couverture médicale à l’étranger.

Vous comprendrez, une « mutuelle internationale », elle n’existe pas. Cependant, il existe de nombreuses options de couverture médicale spécifiquement conçues pour répondre aux besoins du mode de vie des expatriés.

Expat Assurance peut vous aider à trouver la meilleure couverture médicale internationale pour votre cas, n’hésitez pas à demander votre comparaison d’assurance ou à nous appeler. Notre service de conseil et de comparaison est gratuit.

Intéressé par cet article ? N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, Twitter ou LinkedIn afin de ne pas manquer d’autres informations sur la santé et l’expatriation.

Lisez aussi :

Quelle est la meilleure assurance expatrié

Cinq conseils pour payer moins pour votre expatrié d’assurance maladie

Nos partenaires

Nous collaborons avec des entreprises reconnues pour leur expertise et leur expérience dans le marché de l’assurance expatriée. Toutes les compagnies d’assurance internationales avec lesquelles nous travaillons ont des solutions pour les particuliers et les entreprises. En savoir plus sur nos partenaires.

Derniers tweets

Ouvrir dans Twitter Expat Assurer Il y a 1 mois Ouvrir dans Twitter Expat Assurer Il y a 1 mois Ouvrir dans Twitter Expat Assurer Il y a 1 mois Ouvrir dans Twitter Expat Assurer Il y a 1 mois Ouvrir dans Twitter Expat Assurer Il y a 2 mois

Derniers articles

  • Brexit : Quel impact sur les Français au Royaume-Uni ? – Cet article répond aux questions qu’un expatrié ou futur expatrié au Royaume-Uni pourrait poser sur l’impact concret du Brexit sur la sasituation.

Show Buttons
Hide Buttons